Alabama Shakes

Gaelynn Lea

Il y a un petit moment déjà qu’un morceau ne m’avait pas autant envoûté, ébranlé, apaisé… L’émotion qui se dégage de celui-ci est tellement pure qu’elle en devient tangible, palpable.

Our love’s a complex vintage wine

All rotted leaves and lemon rind

I’d spit you out but now you’re mine…

Emiliana Torrini & The Colorist Orchestra

Des mélodies délicates et éthérées, une orchestration qui marie sobriété et exubérance et, surtout, la voix (très « björkienne ») d’Emiliana Torrini, son charme irrésistible, sa grâce envoûtante…

Bref, nous partons séance tenante pour l’Islande à dos de musiciens belges.

Fantastic Negrito

Je n’avais qu’un seul but aujourd’hui en me promenant sur Youtube : découvrir un artiste hors norme dont je n’aurais jamais entendu parler.

Mission accomplie.

La moitié d’un duo

Vous vous souvenez des Milk Carton Kids, duo dont j’avais osé comparer les harmonies vocales à celles des Byrds ou de Crosby, Stills and Nash ? Eh ben, les revoilà. Enfin, les revoilà en partie : n’ayant pu trouver une vidéo de qualité dans laquelle ils interprètent ensemble, et en live, l’envoutant morceau intitulé « Laredo », j’ai dû me rabattre sur un enregistrement de la même chanson par le seul Kenneth Pattengale, guitariste solo de la remarquable paire.

Au diable l’avarice : voici la version enregistrée en duo, en 2011, pour l’album « Retrospect » (à cette époque, les deux musiciens se présentaient encore sous leurs noms personnels et non comme les Milk Carton Kids). J’ai tendance à préférer celle-ci.

Just send your fuckin’ condolence to fear

Alors, comme ça, il existait un Benjamin Clementine là-dehors et personne ne m’en avait rien dit ?!? Je vous retiens, vous !