Entre chair et rêves (Part III)

Dernière étape de notre voyage au Vietnam. Nous allons quitter les rues, les places de marché et suivre Marcelino Truong qui nous invite enfin à passer les seuils et à pénétrer dans l’ombre et la fraicheur de ces chambres d’Asie qui sont souvent plus que des chambres et dans lesquelles, autrefois, j’aimais à me glisser, pieds nus et léger, pour y dérober des choses que je n’emportais jamais.

Allongés sur son lit de rotin

Près du ventilateur au ralenti

J’attends qu’elle soit endormie

Pour goûter le bout de ses seins.

Je vous propose d’accompagner les derniers instants de notre pérégrination de la version instrumentale d’une des chansons vietnamiennes les plus célèbres qui soient : Qua cau gio bay. Elle parle du vent qu’une jeune fille accuse d’emporter, à chacun de ses passages sur un pont, tout ce qu’en vérité elle donne au garçon qu’elle aime. Pour l’écouter tout en regardant les illustrations, il vous suffit de cliquer ICI puis sur le bouton « Ecouter » dans la fenêtre qui s’ouvrira.

Marcelino Truong 02

Marcelino Truong 04

Marcelino Truong 05

Marcelino Truong 06

Marcelino Truong 07

Marcelino Truong 08

Marcelino Truong 10

Marcelino Truong 11

Marcelino Truong 12

Entre chair et rêves (Part I)

Entre chair et rêves (Part II)

Tous les dessins utilisés dans les trois articles intitulés Entre chair et rêves, plus quelques autres, sont maintenant visibles dans l’album Vietnam (Marcelino Truong)

Entre chair et rêves (Part II)

Continuons donc, sur les pas de l’illustrateur Marcelino Truong, notre petite balade au Vietnam.

Cette deuxième escale est également notre avant-dernière et, pour l’essentiel, hormis une unique incursion dans une chambre quelque peu spartiate où une mère allaite son enfant, nous survolerons encore les rues, nous parcourrons toujours les extérieurs. Mais, dans les chambres, nous reviendrons. Soyez assurés que nous y reviendrons lors de notre ultime étape. Nul voyage n’est complet tant que l’on n’a pas franchi les murs pour goûter à l’intimité du peuple qui reçoit.

Marcelino Truong

Marcelino Truong (trottoir Saigon)

Marcelino Truong 22

Marcelino Truong 24 - Copie

Marcelino Truong 25

Marcelino Truong 26

Marcelino Truong 27

Marcelino Truong 29

Marcelino Truong 28

Marcelino Truong 23

Entre chair et rêves (Part I)

Entre chair et rêves (Part I)

Le Vietnam de Marcelino Truong, illustrateur, dessinateur, peintre et (bientôt) romancier franco-vietnamien élevé sous différentes latitudes, je l’ai déjà écrit hier, est un pays à mi-chemin entre chair et rêves, à mi-chemin entre réel et imaginaire. Les rues, les chambres, les marchés, les paysages et les personnages qu’il peint ou dessine existent vraiment (je les ai vus, je les ai rencontrés et je peux témoigner de leur véracité) mais, parce que Marcelino n’a vécu sur la « Terre du sud » que lors de son enfance, ses œuvres portent également en elles quelque chose du merveilleux que seul un enfant de 7 ans peut voir.

Son Vietnam aux couleurs toujours chaudes et souvent lumineuses est autant celui d’aujourd’hui que celui d’hier, autant celui des atlas que celui de l’histoire et des histoires. Il est un carrefour où se rencontrent ce qui fut et ce qui est, ce qui est toujours là et ce qui a disparu, ce que l’on voit quand on ouvre les yeux et ce que l’on s’imagine dès qu’on les ferme, ce que l’on entend et ce que l’on voudrait écouter. Il est à la fois un pays authentique et un pays désiré.

Marcelino Truong 01

Marcelino Truong 13

Marcelino Truong 14

Marcelino Truong 15

Marcelino Truong 16

Marcelino Truong 17

Marcelino Truong 20

Marcelino Truong 141

Marcelino Truong (3 Femmes)