Vous voulez une histoire ?

Et la lumière s’en fut

« Fade to Black », court-métrage tourné image par image, est l’œuvre d’Amer Albarzawi, un réalisateur syrien qui a fui Raqqa, la capitale autoproclamée de Daech, pour se réfugier en Turquie. Chaque image, nous dit Amer, fait référence à un des changements imposés par les fous de dieu, jusqu’à ce que, finalement, l’obscurité ait tout submergé, anéantissant non seulement les rêves mais aussi l’idée qu’un futur puisse être encore possible.

Des djinns rapiécés

Et Gaïa, épuisée par ses enfants, n’eut plus d’autre solution que d’envoyer ses djinns…

The Prophecy_1The Prophecy_2The Prophecy_4The Prophecy_5The Prophecy_6The Prophecy_9

***

***

Le site de Fabrice Monteiro

Le site d’Ecofund

Mari Boine

Il y a longtemps, très longtemps, que j’aurais dû rendre hommage à Mari Boine, remarquable chanteuse lapone malheureusement fort peu connue sous nos latitudes latines.

Note : il manque, hélas, une poignée de secondes à la première des trois vidéos ci-dessous.

La petite casserole d’Anatole

Fabulous Trobadors

Je suis intimement persuadé que, 23 ans après la parution de leur premier album, il est encore des gens qui ne connaissent pas les Fabulous Trobadors, duo toulousain qui porte haut les couleurs de l’Occitanie et d’une, ma foi, jolie et joyeuse forme d’anarchisme. Mais que ces ignorants, certainement plus victimes que cancres, se rassurent immédiatement car, en vérité je le leur dis, ils ne sont maintenant plus qu’à un clic de la connaissance.

Des ondes à la surface d’un visage

Une table, un livre, une femme. La femme – elle s’appelle Stoya, Alicia, Stormy, Teresa… – se présente, présente le livre qu’elle a elle-même sélectionné et commence à en lire un extrait. Sous la table, invisible aux yeux du spectateur, un assistant, dont on ne connait ni l’identité ni le sexe, manipule un vibromasseur entre ses cuisses.

Une table, un livre, une femme. Ici, point de nudité qu’un gros plan écartèle, point de geignements savamment usinés, point de mépris brutal, point de pénis tyrannique et capricieux. Le spectacle, pareil à des ondes à la surface de l’eau, se joue sur le visage et dans la voix d’une femme sans fard et sans mensonges, seule devant un fond noir.

Au-delà du discours de l’artiste, j’ai principalement retenu deux choses du projet Hysterical Literature de Clayton Cubitt : les femmes sont incroyablement belles quand elles lisent et elles sont incroyablement belles quand elles jouissent.

Et Clayton Cubitt est un funambule admirable qui maintient un équilibre parfait sur la « ligne de démarcation entre l’acceptable et l’interdit, entre le haut et le bas, entre ce qui peut être approuvé et ce qui doit rester dissimulé. »

Note : si vous ne comprenez pas l’anglais, vous pourrez faire apparaitre les sous-titres français en cliquant sur l’icône idoine de chaque vidéo.

Bendito Machine IV

Bendito Machine sur Sergeant Pepper Times :

Bendito Machine I (février 2010)

Bendito Machine II & III (mars 2010)

Note : Les fans de Bendito Machine seront certainement heureux d’apprendre qu’un cinquième épisode est en cours de préparation. Pour de plus amples informations sur les épisodes passés, le ou les épisodes à venir et les gens derrière ces films d’animation aussi poétiques qu’étranges, visitez donc le site Benditomachine.com

Sheep in the Island

Mercredi, c’est le jour des gosses, non ?

La maison en petits cubes

Edmond était un âne

Des équilibrés ?