C’est votre âme, et rien de moins, que l’on sollicite (Partie II)

Le 22 septembre, autant être précis, je vous ai déjà invité à écouter le musicien éthiopien Samuel Yirga. L’article en question portait le même nom que celui-ci et le morceau présenté s’appelait The Blues For Wollo.

Dans cet article, je déplorais le fait de ne pouvoir porter à votre attention que ce que j’appelle un « truc Youtube », à savoir une vidéo avec une image fixe sans intérêt, alors que j’aurais voulu être en mesure de présenter une majestueuse interprétation live de ce remarquable morceau.

Un mois et trois semaines plus tard, je n’ai toujours pas mis la main sur la pierre précieuse (pour la bonne raison qu’elle n’existe pas) mais, dieu soit loué, vendu ou à jeter, il existe tout de même sur le Net quelques vidéos de Samuel Yirga en action.

J’ai d’abord pensé, tant le musicien me plaît, vous en proposer plusieurs dans le présent article mais, après mûres réflexions, une demi-douzaine de tasses de café (éthiopien lui aussi) et deux tartines de pain grillé, j’ai décidé de m’en tenir à un seul et unique document : une interprétation
remarquablement bien filmée d’un morceau – lumineux – qui a pour nom Ambassel in Box Revisited.

P.S. : Le morceau The Blues For Wollo présenté ici le 22 septembre dernier provient de l’enregistrement The Habasha Sessions (il en existe une version plus courte dite « Dessye Mix » sur l’album Guzo paru en 2012). Le problème est que ces Habasha Sessions semblent, à ma connaissance en tous cas, presque parfaitement introuvables* (à moins qu’il n’existe un lien pour les télécharger sur le site qui les a « révélées » au monde : Bowers and Wilkins. Personnellement, mais peut-être est-ce parce que je ne suis pas un membre payant à 40 €, je ne l’ai pas trouvé). Il se trouve cependant que j’en suis l’heureux possesseur et que je suis donc en mesure de les envoyer par mail à qui m’en ferait la demande. Sachez toutefois que c’est en format FLAC (Free Audio Lossless Codec) que je les possède et que, si ce format assure une qualité audio maximale, il est bien trop lourd pour les mails (The Blues For Wollo, par exemple, pèse 54,9 Mo). Il me faudra donc les convertir en mp3, avec tout ce que cela implique de perte de qualité, pour être en mesure de vous les envoyer.

* de manière légale.

 

C’est votre âme, et rien de moins, que l’on sollicite

Je n’ai pas pour habitude de proposer des vidéos qui n’en sont pas mais, aujourd’hui, il se trouve que je n’ai pas d’autre possibilité, pour porter Samuel Yirga à votre connaissance, pour porter à votre connaissance très exactement le morceau de Samuel Yirga que je veux porter à votre connaissance, que de publier un de ces « trucs » Youtube où il n’y a rien d’autre à voir qu’une image fixe.

Mais qu’importe vos yeux puisque vous avez tous une âme, un cœur, un esprit – appelez ça comme vous voudrez – et que c’est uniquement cela que je sollicite.