Condamnation

Photo : Sergeant Pepper

Photo : Sergeant Pepper

 

World Press Photo 2012

Du dérangeant, du très dérangeant, de l’insoutenable, de l’incompréhensible, parfois de l’insolite. Rarement, trop rarement, du merveilleux ou du sublime.

(Photo : Brent Stirton)

(Photo : Brent Stirton)

Maria, droguée, prostituée et maman – Kryvyi Rig, Ukraine

(Photo : Samuel Aranda)

(Photo : Samuel Aranda)

Une femme réconforte un parent blessé lors d’une manif contre le président Saleh – Sanaa, Yémen

(Photo : Massoud Hossaini)

(Photo : Massoud Hossaini)

Après un attentat – Kaboul, Afghanistan

(Photo : Stéphanie Sinclair)

(Photo : Stéphanie Sinclair)

Sarita, 15 ans. La veille, elle-même et Maya, sa sœur de 8 ans, furent… mariées – Inde

(Photo : Pedro Pardo)

(Photo : Pedro Pardo)

Femme et fillette (mère et fille ?), victimes de la guerre des cartels de la drogue – Acapulco, Mexique

(Photo : Johnny Haglund)

(Photo : Johnny Haglund)

Jeune fille à la pêche – Kisangani, Congo

Cliquez ICI pour accéder directement aux galeries de la 55e édition du concours de photojournalisme World Press Photo.

Crier Grâce

Qui pourrait encore douter que la grâce est siamoise ?

GrâceGrâce_2Grâce_3Grâce_4

Afin de ne pas enflammer inutilement les esprits, j’ai choisi de ne publier que quatre des quarante-trois portraits de cette déesse vivante réalisés aujourd’hui par mon ami Russell lors du festival de Loy Krathong, à Chiang Mai. Les trente-neuf autres ne vous apporteraient rien que vous ne sachiez déjà.

EAT THIS

Bon, laissez-moi vous expliquer le chemin qu’a parcouru ce graffiti, qui compte assurément parmi les meilleurs graffitis de ces 20 ou 30 dernières années, pour arriver jusqu’à vous. C’est un voyage en seize escales.

Un inconnu l’imagine,

Un inconnu fabrique un pochoir,

Un inconnu achète une bombe de peinture,

Un inconnu le peint sur un mur de Santiago du Chili,

Thomas passe par là,

Thomas rigole,

Thomas le photographie,

Thomas l’envoie à Eric, journaliste sur le Mouv’ (Radio France),

Eric rigole,

Eric le colle sur son site (www.ericlange.org),

Thierry, qui traine par là, le repère,

Thierry rigole,

Thierry l’envoie à Sergeant Pepper,

Sergeant Pepper rigole,

Sergeant Pepper envoie un message à Thierry pour le remercier,

Sergeant Pepper le colle à son tour sur son blog.

Eat This Santiago

Vous aussi, une fois que vous aurez fini de rigoler, faites suivre ce graffiti, dont il ne fait aucun doute qu’il est taillé pour la route, à tous ceux de vos amis qui sauront l’aider à continuer son voyage.

Putain, j’en rigole encore.

Porte à porte

Encore des portes.

Vous allez finir par vous demander où je veux en venir avec toutes ces portes. Dont vous n’aurez pas manqué de remarquer qu’elles sont fermées.

Pour être franc, je n’en sais rien.

Peut-être suis-je moi-même devant une porte dont je ne sais si je dois l’ouvrir.

Peut-être est-ce tout simplement parce que j’aime les portes. Même si je ne suis pas certain d’aimer les portes. En tous cas, je ne me rappelle d’aucune révélation dans ce sens.

Je me souviens d’une époque où, muni d’un appareil photo aussi cher qu’encombrant, je photographiais des vaches.

Vache, photo… Vache, photo… Vache, photo…

Pourtant, je n’aimais pas particulièrement les vaches. Ni leurs photos.

Puis, et peut-être faut-il voir là une relation de cause à effet, je suis passé des vaches aux bouddhas. D’aucuns, dont il est intéressant de noter qu’ils ne connaissaient rien aux photos et encore moins aux vaches, ont dit que je mûrissais.

Peut-être étaient-ils bouddhistes.

Peut-être ont-ils dit cela car ils se sont sentis obligés de dire quelque chose.

Bon.

Là, j’en suis aux portes fermées.

Je marche dans les rues. Je regarde les portes fermées et je photographie. Pas toutes les portes fermées. Certaines, seulement. Peut-être vais-je mentalement mieux qu’à l’époque des vaches.

Je préférerais photographier des femmes. Jolies, fraîches, brunes, amusantes et ouvertes. (Qui a envie de photographier une femme fermée ?)

Mais puis-je arpenter les rues, me planter devant toutes les femmes qui correspondent à la description ci-dessus et les photographier sous toutes les coutures sans risque pour mon cœur ?

Non.

Donc, je fais du porte à porte.

Porte_7Porte_8DevanturePorte_9Porte_10

Quelqu’un finira bien par m’ouvrir.

Portes

Porte_1Porte_2Porte_3Porte_4

Une belle histoire

Médor a coincé un petit écureuil. Il est content et intrigué. Le cœur de Petit écureuil bat très fort. Dans l’arbre, Maman, mais peut-être est-ce Papa, a tout vu.

Médor a coincé un petit écureuil. Il est content et intrigué. Le cœur de Petit écureuil bat très fort. Dans l’arbre, Maman, mais peut-être est-ce Papa, a tout vu.

Soudain c’est l’attaque...

Soudain c’est l’attaque…

... violente, impitoyable. Médor est débordé par cet ennemi en fourrure soyeuse. Petit écureuil s’enfuit. Vite, vite !

… violente, impitoyable. Médor est débordé par cet ennemi en fourrure soyeuse. Petit écureuil s’enfuit. Vite, vite !

Sauvé ! Petit écureuil est maintenant à l'abri dans les bras de Maman, mais-peut-être-est-ce-Papa. Veuillez noter l’air con de Médor.

Sauvé ! Petit écureuil est maintenant à l’abri dans les bras de Maman, mais-peut-être-est-ce-Papa. Veuillez noter l’air con de Médor.

Encore une victoire des petites gens.