Terry Reid, ou comment écrire l’histoire en passant à côté

S’il me fallait fournir une seule preuve que Terry Reid, aujourd’hui tombé dans l’oubli, fut une des figures majeures du rock anglais des années 60, j’en donnerais deux sur le champ : il lui fut proposé de devenir le chanteur du futur Led Zeppelin et, quelques mois plus tard, d’occuper la même place au sein de Deep Purple. Rien de moins. Il refusa les deux invitations mais conseilla tout de même à Jimmy Page d’engager dans son futur groupe un petit gars de Birmingham du nom de Robert Plant.

En outre, il fumait des pétards.

Z'avez un truc à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.