It’s not all ovaire

St. Vincent (Anne Erin Clark de son vrai nom) est la preuve éclatante que, dans la pop féminine actuelle, comme on pourrait être amené(e) à le penser chaque fois que l’on subit de la merde immédiatement jetable, c’est-à-dire trop souvent, sinon presque toujours, tout n’est pas de la merde immédiatement jetable. Je dirais même plus, histoire d’adopter une approche catégoriquement positive : St. Vincent, à l’instar de Bjork et de quelques autres, est une brillante personnification du contraire. D’ailleurs, le fait qu’elle ait le courage de garder ses vêtements sur elle en toute circonstance ou saison, plus que de simple indice de qualité, fait peut-être déjà figure de gage certain.

With many domo arigato to the Usual Suspect.

Z'avez un truc à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.