Quenelles de clocher

Qu’est-ce qu’une « quenelle » ? (Direct Matin)

La quenelle n’est pas seulement un geste, antisémite ou non (je ne veux pas croire que tous les quenelleurs/quenelliers/quenellistes puissent être des antisémites). Elle peut aussi prendre la forme d’une décision : « le Sénat refuse de lever l’immunité parlementaire de Serge Dassault. »

A noter aussi, parce que c’est très certainement là la véritable raison de l’exode des juifs hors d’Egypte, que les pharaons pratiquaient déjà la quenelle :

Quenelle_Egypte

Hollande à Toulouse pour crédibiliser sa main tendue au patronat (Zaman France)

« Main tendue » ?!? Tiens, il est au moins un Français qui peut se permettre de faire des quenelles lors d’une tournée en province sans que Valls et la presse ne se déchaînent contre lui.

« Les juifs quitteront petit à petit la France » – Arno Klarsfled

Arno Klarsfeld, qui s’exprimait sur une chaîne télévisée, se devait absolument de donner dans le catastrophisme : personne de sensé ne s’assoit devant une caméra à une heure de grande écoute pour tenir des propos mesurés.

Fort heureusement pour notre pays, dont ils sont une richesse, mais aussi pour la superficie déjà très réduite de la Palestine, les juifs de France ne s’apprêtent bien évidemment pas à émigrer en masse vers Israël. En tous cas, je serais vraiment navré s’il devait en être ainsi.

En revanche, si BHL décidait de plier bagages et de ne plus jamais revenir, nous aurions alors très certainement l’obligation morale d’élever une statue à la gloire de Dieudonné, de sa quenelle™ et de son obsession.

De quoi l’affaire Dieudonné est-elle le symptôme ? (JOL Press)

Attention, cet article porte exclusivement sur l’antisémitisme réel ou supposé de Dieudonné et non pas, comme promis par le titre, sur « l’affaire Dieudonné » – sujet assez différent qui nécessiterait que l’on se penche aussi sur l’histrionisme du ministre de l’intérieur et sur le panurgisme des médias.

« On s’achemine vers une jurisprudence Dieudonné » (Le Monde)

Attention encore : jurisprudence n’est pas synonyme de cohérence. Ne vous attendez donc pas trop à ce que les saltimbanques qui, tels Le Pen, Hortefeux, Zemmour et consorts, ont tenu des propos racistes et/ou ont déjà été condamnés pour incitation à la haine ou à la discrimination raciale soient interdits de spectacles et bannis des ondes.

Dieudonné : juifs, musulmans et catholiques parlent d’une même voix (Libération)

« Les représentants des cultes juif, musulman et catholique se sont réjouis d’une même voix de la position du gouvernement et de François Hollande dans l’affaire Dieudonné, après la cérémonie de vœux aux autorités religieuses à l’Elysée. »

Ils ne se réjouissent pas seulement de l’interdiction du spectacle de Dieudonné mais ils mouillent également à l’idée d’une France où serait sévèrement réprimé tout ce qui les emmerde et qu’ils considèrent blasphématoire. C’est du reste pour cela que, lors de ce raout élyséen, le juif en a profité pour mettre l’antisionisme dans le même sac que l’antisémitisme, que le catholique a mentionné, bien que sans les nommer, les Femen et que le musulman, usant du terme islamophobie, a dit tout ce qu’il pensait de la liberté de caricaturer.

Et je ne serais pas étonné s’ils obtenaient gain de cause dans un futur pas trop lointain : la bien-pensance de gauche est souvent liberticide.

Disons-leur merde à tous tant qu’on le peut encore, avant que ce ne soit considéré comme une atteinte à la « dignité humaine » ou à la « cohésion sociale ». Ou, pire encore puisque nous vivons dans un monde qui se soucie plus de discipline que de dignité, comme un putain de « trouble à l’ordre public ».

Dieudonné : une décision « éminemment inquiétante » selon Marine Le Pen (Le Point)

Dommage, vraiment dommage, que le seul parti de France qui défende notre conception traditionnelle de la liberté d’expression, même si c’est à la fois par pure démagogie et par inclination pour les « blagues juives », soit le FN. Les temps ont bien changé, non ? Il fut pourtant une époque où les intellectuels – les intellectuels de gauche notamment parce qu’il est bien connu qu’on élève plus d’intellectuels à gauche qu’à droite – auraient envahi les ondes et les unes pour dénoncer la décision du Conseil d’Etat. Sans même avoir, s’ils ne le souhaitaient pas, à défendre Dieudonné.

Pourtant elle est dangereuse cette décision qui, si elle fait jurisprudence, permettra d’interdire à priori plutôt que de condamner à postériori s’il avère qu’un délit a été commis. C’est en quelque sorte un procès d’intention doublé d’une peine de censure. Une double quenelle. On n’avait fait usage de telles munitions, mais là il s’agissait d’atteinte physique, que pour interdire le lancer de nains (il va de soi que vous auriez tort de faire un quelconque rapprochement, même si tous les Hommes sont supposés égaux). Cathos, juifs et musulmans mais aussi associations, communautés et lobbies, sans compter l’appareil administratif, pourraient bien user et abuser du boulevard qui leur est offert pour faire taire ou disparaitre qui ou quoi leur déplaît.

Le gouvernement et la justice – le gouvernement et sa justice ? – m’évoquent en l’occurrence un mec bodybuildé qui, armé d’une masse et de bâtons de dynamite, poursuit une souris à travers une maison. On dirait presque du Tom et Jerry, la mort à la clé.

« Je n’ai jamais compris si la quenelle était antisémite » (Libération)

Moi non plus. Je suppose que cela dépend de la personnalité du quenelleur, de ses raisons et du lieu qu’il choisit pour faire sa quenelle. Quoi qu’il en soit, si la quenelle rejoint le porc dans la liste des aliments interdits, je suppose que nous saurons à quoi nous en tenir officiellement.

Nier le génocide arménien n’est pas un délit (Le Figaro)

« Le libre exercice du droit de débattre ouvertement de questions sensibles et susceptibles de déplaire est l’un des aspects fondamentaux de la liberté d’expression » – Cour européenne des droits de l’homme.

Toutes mes excuses. Cette information s’est glissée ici par erreur.

« Je ne suis pas un nazi », se défend Dieudonné (Les Echos)

Tu aurais pourtant fait des merveilles sous le Troisième Reich : là où les nazis ont dû investir des sommes colossales et commettre les pires crimes qui soient pour se débarrasser de ces juifs qu’ils détestaient tant, toi, du moins si l’on doit en croire Arno Klarsfeld, tu aurais pu tous les envoyer vers le plus proche aéroport juste en ouvrant ta grande gueule.