The Khmeleva Project (Dakha Brakha & Port Mone)

Retour sur Dakha Brakha, le fabuleux groupe ukrainien.

Et plutôt que d’inventer un commentaire, je vais reproduire ici celui qu’un auditeur Youtube a laissé à la suite de la première de ces deux vidéos : « Absolument renversant, exceptionnel, inventif, esthétiquement supérieur ».

Violeurs de poules sans queue ni tête

Immigration : l’UMP veut reformer le droit du sol (Le Parisien)

L’UMP propose que les immigrés – surtout ceux qui viennent de ces pays fangeux qui crottent les semelles – ne se déplacent plus que sur des échasses tandis que leurs enfants seront maintenus en l’air par un ou plusieurs ballons de baudruche gonflés à l’hélium.

Ceux qui, en tombant, profaneront le sol sacré seront bien évidemment éliminés et renvoyés chez eux.

Gironde : furieuse à cause d’un PV, elle renverse un policier et l’envoie à l’hôpital (Metro News)

Envoyer à l’hôpital quelqu’un que l’on vient de renverser et que l’on eut pu laisser agonisant au bord de la route est indéniablement une circonstance atténuante.

Facebook autorise les vidéos de décapitation (20 Minutes.ch)

Mais continuera à être de la dernière sévérité avec les vidéos de viol. A moins, bien sûr, qu’elles ne s’achèvent sur une décapitation. Auquel cas, c’est l’anatomie qui veut ça, elles ne pourront décemment plus être qualifiées de vidéo de cul.

Les jeunes UMP veulent abolir l’impôt sur le revenu (L’Express)

Comme je ne peux pas imaginer que des types, même UMP, puissent avoir envie de rouler sur des routes non goudronnées et d’envoyer leurs enfants dans des écoles sans professeurs, je suppose que l’impôt sur le revenu dont il est question est une taxe dont l’UMP aurait à s’acquitter si Sarkozy revenait en politique. Autrement ça n’a ni queue ni tête (et ça peut donc passer sans problème sur Facebook).

L’Agence mondiale antidopage attendue en Jamaïque lundi (Direct Matin)

Je crains que le reggae ne soit bientôt disqualifié.

Un papou cannibale mange sa fille de trois ans (Direct Matin)

Interrogé sur les raisons de son acte, il a évoqué la recrudescence des problèmes de traçabilité des aliments. Ainsi que sa profonde confusion devant la reconversion de fabricants de meubles à monter soi-même en marchands de lasagnes que l’on hésite à donner à son chien.

Droit du sol : l’UMP s’invite sur le terrain du FN (Le Monde)

Si j’étais le FN, je compterais mes poules.

Caravane_UMP

Un maire UMP interdit l’immobilier aux gens du voyage (Club de Médiapart)

Il a raison mais, à la lumière de l’information précédente, il est évident que son arrêté ne va pas assez loin : il faut également interdire aux franchouillards d’acheter des caravanes et des violons.

Le Coran s’adresse à notre liberté (Huffington Post)

Et la télé, à notre intelligence.

Plus sérieusement, cet article, écrit par deux politologues et écrivains égyptiens, émet l’idée que le coran est un ouvrage « circonstanciel » qui, ayant dépassé sa date de péremption depuis belle lurette, garde toute sa validité en tant que « chance de retrouver la voie de Dieu sur les chemins de la vie ». Autrement dit, toutes proportions non gardées, c’est un peu comme si l’on vous promettait que, muni du tout premier Guide Michelin de 1900, vous avez toutes les chances de rejoindre l’Atlantide par les sentiers herbeux.

Syrie : pour Assad, les « conditions ne sont pas encore réunies » pour négocier la paix (Le Monde)

On pourrait croire qu’une guerre est une sacrée bonne raison de négocier la paix. Et que c’est même la seule qui compte vraiment. Ben, non. Assad, qui a d’abord reçu le pouvoir paternel en héritage avant que de remporter une élection dont il était le seul et unique candidat, veut être certain que ses ennemis, souvent des ordures d’un autre genre, sont tout aussi représentatifs que lui du peuple syrien. L’autre pierre d’achoppement, a-t-il dit avec un fort accent sino-russe, est le sponsoring américano-qatari dont bénéficient ses opposants.

Bref, nous sommes face à une fusion particulièrement réussie entre le théâtre de l’absurde et le spectacle de marionnettes.

Espionnage : Hollande demande « une coopération bilatérale » avec les USA (AFP)

Les coopérations, c’est l’étymologie qui veut ça, sont rarement unilatérales. Et quand elles le sont, comme c’est souvent le cas avec les Américains, elles portent un nom tout autre, qui sert généralement à désigner un acte que la morale chrétienne réprouve pour des questions d’hygiène, à moins que ce ne soit par manque d’audace.

Quant à demander aux Américains de transmettre « toutes les informations utiles » qu’ils auraient pu glaner sur des citoyens dont on vient juste d’assurer, la voix vibrante d’indignation, qu’ils doivent « être protégés », cela signale très clairement à ces mêmes citoyens que celui qui a été chargé par voie d’élection de les protéger se fout d’eux par tous les orifices. De toute façon, j’ai bien peur que, par la position et le silence qui sont les leurs, ils n’aient déjà fait part de leur consentement.

Sondage : les Français préfèrent Valls à Hollande (Le Point)

Ils préfèrent aussi Marine Le Pen à Ravi Shankar ou à Rabih Abou-Khalil. Ce qui n’a rien à voir à priori, je l’admets,  mais nous permet tout de même de savoir très exactement quelle importance il faut accorder aux préférences des Français. Et donc à leurs personnes.

Nathalie Kosciusko-Morizet se confie sur sa nouvelle coupe de cheveux et fait la pub de son coiffeur (Europe 1)

Ce en quoi elle diffère de Jean-François Copé et d’Ioulia Timochenko : le premier refuse d’évoquer sa demi-calvitie alors qu’il est évident qu’il a besoin d’une aide urgente et la deuxième a préféré aller en prison plutôt que de livrer le nom du merlan qui l’a défigurée.

La politique de l’emploi reste peu efficace (Le Figaro)

En fait, si l’on exclue la pose de radars, de caméras de vidéosurveillance et deux autres trucs du même acabit, force est de reconnaitre que c’est la politique de tout qui n’est pas efficace. Ce qu’il faudrait, ce n’est ni entreprendre ni empiler des politiques de ceci ou de cela mais changer carrément la politique de la politique. Et le faire de manière à ce que ça puisse passer sur Facebook.

Hollande et le foot français vont s’expliquer (Le Figaro)

Si Hollande ne vient pas avec un dessinateur pour croquer ses propositions et si le foot français n’amène pas un traducteur capable de les lui rendre intelligibles, la rencontre prévue est vouée à l’échec.

D’un autre côté, bien qu’ils n’y jouent jamais, ce n’est pas comme si les footeux français n’étaient pas déjà mentalement prêts pour les échecs.

Les professions les plus « heureuses » au travail sont… (20 Minutes)

Si les professions pouvaient être heureuses au travail, j’enverrais mon métier bosser à ma place.

Nabilla sans culotte au « Grand Journal » ? (Atlantico)

Et alors ? Vous imaginez, vous, qu’un écrivain vienne présenter son livre avec un bâillon en travers de la bouche ?

De toute façon, je puis vous assurer que Nabilla est suffisamment décapitée pour que Facebook autorise la diffusion des images.

L’homme moderne, son ex-femme, l’ostréipathe et la Grande lacrymale

Entre le 1er janvier et le 5 septembre 2013, 252 427 enfants nigériens ont été traités pour malnutrition et pour diverses maladies liées à celle-ci. 2 524 de ces mômes sont morts. Je vous adjure cependant de ne surtout pas vous arrêter à ces chiffres bruts car il parait, même s’il n’y parait pas, qu’ils sont l’expression d’une bonne nouvelle.

Une bonne nouvelle pour le Niger, cela s’entend. Dans un tout autre contexte, à l’intérieur d’autres frontières, en France par exemple, la mort de 2 524 enfants pour des raisons purement alimentaires, quand bien même elle signalerait une amélioration par rapport à l’année précédente, serait une catastrophe d’une ampleur telle qu’elle se planterait dans le cœur de tous habitants en possédant un et ferait inévitablement vaciller les fondations du pays et de ses institutions. Sans compter qu’elle provoquerait, entre les jambes des patrons de presse, une terrible humidité.

Mais nous ne sommes pas le Niger. Et nous n’y sommes pas. Hormis pour en extraire des matières premières et y apporter le progrès. Il y a d’ailleurs des décennies, sinon des siècles, que nous nous consacrons à ce sacerdoce et que nous leur livrons, par bateaux, par avions et par discours entiers, du précieux développement contre du vulgaire caillou radioactif. C’est à ne rien y comprendre si des mômes nigériens continuent à crever de faim si longtemps après que nous ayons découvert ce pays et l’ayons sorti du néant dans lequel il végétait depuis le Big Bang. A croire que ces cons, sitôt qu’ils l’ont reçu, laissent l’essor que nous leur fournissons pourrir dans des entrepôts surchauffés.

Ces mecs sont tellement imperméables aux concepts de charité chrétienne et d’économie de marché que jamais personne n’arrivera à leur faire comprendre que, si nous creusons le sous-sol de leur pays à la recherche d’uranium, et dieu sait que c’est là une activité chronophage dont nous ne tirons que de maigres profits, c’est uniquement pour financer (en partie seulement car, au final, on y est de notre poche) leur entrée dans l’Histoire et leur donner la possibilité de devenir obèses s’ils le souhaitent. Mais non, ils restent là, bras ballants, immobiles sur le seuil, figés devant cette porte qu’en grooms d’une patience infinie nous maintenons ouverte depuis plus de décennies qu’on ne leur voit de côtes. Insolents de maigreur. Insensibles au fait que rien, pas même la présence d’uranium, ne nous oblige à entreprendre le périlleux voyage qui mène à leur chevet et à nous exposer à des maladies primitives qu’aucun Blanc ne saurait mériter.

Fort heureusement, notre presse fait majoritairement montre de pudeur qui ne mentionne ni notre abnégation ni leurs échecs et, sans l’indélicatesse d’un journal de médecine, je n’aurais jamais rien su de ces enfants morts de faim par obstination à mourir de faim, sinon par acharnement à rester Africains.

Les stocks de nourriture mondiaux au plus bas : la pénurie alimentaire menace-t-elle la planète ? (Atlantico)

Face à cette pénurie qui nous menace et pour laquelle nous ne sommes absolument pas préparés, j’en viens à me demander si les Nigériens, loin d’être des dinosaures perdus dans les couloirs du temps, n’auraient pas finalement une longueur d’avance sur nous.

La taille du pénis est importante pour séduire les femmes (Atlantico)

Elle pourrait même devenir encore plus importante qu’elle ne l’est déjà si la pénurie alimentaire qui menace devait se concrétiser.

Faites gaffe, mes frères : en période de famine, il est des mises en bouche qui pourraient faire de vous des plats de résistance.

La commémoration du centenaire de 14-18 sera mondiale (La Croix)

Voilà une commémoration d’un événement vieux d’un siècle qui, si elle y participe, pourrait permettre à l’Arabie Saoudite de faire un bond en avant de presque 500 ans.

L’homme moderne serait issu d’une seule et même lignée (La Croix)

D’aucuns ont dû être déshérités. Ou alors ils ont titubé pour arriver jusqu’à aujourd’hui.

Les chasseurs veulent « chasser les idées reçues » (Le Figaro)

Attention, messieurs, de ne pas trop accuser la réception car, en vous débarrassant des idées que des gens bien intentionnés vous ont envoyées, vous prenez le risque d’être confrontés à votre propre vacuité.

Lady Gaga quasiment nue pour la promotion de son single (Huffington Post)

C’est donc qu’elle a enfin commencé à s’habiller.

Christine Taubira comparée à un singe : une candidate FN suspendue (Huffington)

Une candidate FN qui réussit aussi brillamment son examen d’entrée chez les ordures n’est plus une candidate mais une diplômée.

Ceci dit, j’espère qu’on l’a suspendue à une branche de la croix gammée dont elle descend.

Taubira comparée à un singe : après la réponse de la ministre, le FN va porter plainte (Francetvinfo.fr)

C’est dans sa nature : tout comme l’escargot porte sa coquille, le FN porte plainte et il n’y a guère que l’utilisation qu’ils font de la bave qui les différencie : celle de l’un signale son passage tandis que celle de l’autre annonce sa venue.

[Devant tant de jérémiades, je crois que je vais débaptiser SuperMarine pour l’appeler la Grande lacrymale.]

Licenciés, ils sont prêts à faire sauter leur usine (Europe 1)

Très mauvais exemple. Des divorcés influençables pourraient envisager de faire subir le même sort à leur ex-femme. Et je ne doute pas une seconde qu’ils trouveraient preneurs. Et repreneurs.

Et on n’en sortirait plus.

Le chauffeur qui a percuté Coluche retrouvé (Europe 1)

« Un hebdomadaire du Var a rencontré le camionneur, témoin de l’accident de mortel de l’humoriste en 1986. »

Pour que le « chauffeur qui a percuté Coluche » ait pu également être « témoin de l’accident », il n’y a qu’une solution : il pilotait un camion télécommandé.

L’ostéopathe Pierre Pallardy condamné à dix ans de prison ferme pour viols (Le Monde)

L’ostéopathe était donc un ostréipathe.

Arf, arf.

L’Ukraine fait un pas vers la libération de Ioulia Timochenko (La Croix)

A mon avis, si les Ukrainiens la libèrent, c’est uniquement pour la filer et découvrir enfin la planque de son putain de coiffeur.

Ioulia Timochenko Avant_Après

Fallen Art

 

Civilisation et grattage de couilles

Blessé par un forcené, un policier se trouve en « état de mort clinique » (Le Monde)

Et ça le change beaucoup ?

Nouvelle manifestation contre les retraites (Le Figaro)

Il est donc des gens qui veulent bosser jusqu’au jour de leur mort pour qu’ils manifestent « contre les retraites » ?

Malaisie : les non-musulmans n’ont plus le droit de prononcer le nom d’Allah (Atlantico)

Ni même de l’écrire car cela, parait-il, pourrait jeter « la confusion » dans la communauté musulmane.

Je suis assez d’accord avec cette décision de la Cour d’appel de Putrajaya : il faut absolument bannir du langage tout ce qui peut embrouiller, et embrouille effectivement, la tête des musulmans et, puisqu’il faut bien démarrer quelque part, je propose que l’on commence par éradiquer les mots « aujourd’hui » et « demain ». On pourrait ensuite, si l’on m’autorise à dire ici son nom, interdire l’utilisation de tous les mots désignant une invention ultérieure à Mahomet (que Son mon soit loué contre un dépôt de garantie) et ceux, bien sûr, qui évoquent un mouvement vers l’avant ou toute incertitude. On proscrira aussi bien sûr la « femme », qui est un bassin, afin que les fidèles ne soient pas tentés de plonger dans l’Inconnue. Surtout par devant car il y aurait alors risque qu’ils puissent concevoir une postérité.

Marine Le Pen : « L’UE est une anomalie mondiale » (Le Parisien)

Je puis admettre que SuperMarine soit contre l’Union Européenne (je le suis de plus en plus moi-même par aversion pour les fourmilières humaines) mais est-ce que ça ne lui pose pas un problème de conscience à cette immaculée de toucher, chaque mois depuis 10 ans, 11 000 euros (environ 4 000 euros pour les timbres et le téléphone et 7 000 pour sa gueule) de cette « anomalie » qu’elle accuse plus souvent qu’à son tour d’avoir un coût follement exorbitant  ?

Je ne vous cacherai pas que, d’une certaine manière, il me tarde qu’elle arrive au pouvoir et soit obligée d’exposer aux averses la fine couche de peinture à l’eau qui la recouvre.

Une interdiction des téléphones portables aux moins de six ans à l’étude (20 Minutes)

Une preuve de plus que l’interdiction collective commence souvent là où s’arrête l’entendement individuel. En d’autres termes, plus les gens sont crétins, plus le code pénal est épais.

« La fessée est inefficace sur le plan éducatif » (La Croix)

Si l’on élargissait la question et poussait le raisonnement jusqu’à son extrême limite, on découvrirait certainement – ce qui hélas, entre autres conséquences fâcheuses, serait une catastrophe pour l’industrie de l’armement et la politique interventionniste de l’Occident – que la guerre, même bien intentionnée, est inefficace sur le plan civilisationnel. Mais, fort heureusement, pour ce qui est de la réflexion, l’homme blanc, mieux que tout autre, sait se fixer des limites.

« Sans Jésus, l’Eglise ne peut exister, il n’y a pas d’Eglise, l’avez-vous compris ? » – François, pape.

Tout à fait. Du reste, c’est la même chose avec Disney : sans Walt, rien de ce qui est n’aurait jamais été.

Réveillez le génie qui sommeille en vous : transformer son cerveau en formule 1, c’est possible avec des efforts (Atlantico)

Si vous êtes allergique aux efforts, si vous ne souhaitez pas que votre cerveau soit entièrement recouvert de placards publicitaires, si vous ne désirez pas passer votre vie à être incompris des crétins ou si, tout simplement, vous n’avez pas besoin d’être brillant plus d’une trentaine de minutes, sachez que ça marche aussi très bien avec de la cocaïne. En vente libre sous tous les bons manteaux.

« J’aime ma boîte » fête ses 10 ans et c’est tout sauf un gadget (Atlantico)

Il parait qu’aimer son entreprise, c’est une politicienne qui nous le dit, est une forme d’« identification » à une « aventure » et que cela permet de « retrouver du sens ».

Aimer le bois, le coin de pré ou la mare qui s’étale derrière votre maison et aller y observer la vie animale et végétale qui s’y déroule permet tout cela aussi, et même plus encore puisque, non contents de « retrouver du sens », on retrouve également des sens. J’ai pourtant le sentiment que lancer des initiatives comme « J’aime un carré d’herbe », « J’adore mon bouleau » ou « Je craque pour une flaque » ne rencontrerait que peu de succès auprès des grands prêtres du PIB et des dynamiques individus qui voient l’« épanouissement » dans la seule « efficacité ». Ou à qui, par le biais de ces campagnes qui glorifient l’entreprise, on tente de faire croire que le souvent sot métier qu’ils pratiquent pour des raisons fréquemment alimentaires est un chemin sinon vers le nirvana du moins vers une renaissance.

D’un autre côté, ce n’est pas plus mal qu’il existe de tels trucs, autrement nous serions des milliers à chercher des champignons au même endroit et au même moment. Ce qui, reconnaissons-le, créerait une méchante concurrence dont seule une efficacité agressive pourrait nous faire sortir vainqueur.

La pollution de l’air extérieur classée comme cancérigène par l’Organisation mondiale de la santé (Le Figaro)

L’Organisation mondiale de la santé doit être bien mal rangée pour que ce ne soit que maintenant qu’elle trouve dans quel tiroir classer la pollution de l’air.

Si, du reste, quelqu’un veut bien lui faire don d’un bocal ou d’un aquarium dont il n’a plus l’usage, il lui fera sûrement gagner trente ou quarante ans dans le classement de la pollution des eaux.

« Mon fils dessine des carottes » : NKM s’énerve sur les rythmes scolaires (TF1 News)

A mon avis, le rejeton de cette ex-ministre UMP est de gauche. S’il était de droite comme sa mère il dessinerait plutôt des bâtons.

Le corps d’une femme retrouvé dans le coffre d’une voiture (Le Parisien)

Je regrette beaucoup l’époque Sarkozy, que je tiens pour l’âge d’or de la politique « Emotion-Réaction ». Chaque fait divers ou presque nous valait alors une immédiate montée présidentielle au créneau et une avalanche d’assurances et de promesses. Nous avions le sentiment réconfortant, du fait de cette attention dont notre vie quotidienne était l’objet, que tout nouveau meurtre ou accident serait le dernier de sa sorte et que, grâce à un arsenal juridique prophylactique sans cesse en expansion, tous les cas de figure seraient un jour couverts. Bref, nous pressentions que la fatalité, frappée de maints interdits, n’aurait bientôt plus de place dans nos vies et que plus un Français ni même un chien ne pourrait plus être trucidé, écrasé, dépouillé ou malmené de quelque façon que ce soit.

L’affaire ci-dessus, par exemple, eut été pour lui l’occasion de nous promettre une loi interdisant les coffres trop vastes. Les coffres pousses-au-crime.

France-Finlande (3-0) : revivez la rencontre minute par minute (Le Parisien)

1’. Coup d’envoi. Un type passe la balle à un autre type qui, lui-même, la donne à un troisième type qui, après quelques hésitations, part bille en tête dans une direction qu’il semble avoir sélectionnée au hasard.

2’. Après une vingtaine de mètres, il stoppe brutalement sa course effrénée, regarde plusieurs fois dans tous les sens et, finalement, donne un coup de pied dans la balle afin de la propulser vers le mec qui l’avait déjà à la première minute. La balle roule. Le public gronde.

3’. Nouvelle caméra. La balle roule encore. Soudain, un type, que nous n’avions encore pas vu, surgit de la gauche de l’écran et l’intercepte. Le public, qui aime les interceptions, rugit. Premier replay, d’abord en vitesse normale puis au ralenti. Nous avons confirmation des faits dont nous venons d’être témoins.

4’. Retour au direct. Un mec est au sol. Il se contorsionne et hurle. Gros plan sur son visage déformé par la douleur. D’autres mecs le rejoignent, les bras en l’air. D’aucuns donnent l’impression d’apostropher un gars en noir qui n’a pas l’air content. Arrivés sur le lieu du drame, quelques-uns des joueurs crachent dans l’herbe verte. D’autres se grattent les couilles.

5’. Trois types entièrement vêtus d’une tenue frappée d’un logo publicitaire entrent sur le terrain avec un brancard et une valise dont ils ont déjà sorti une éponge et un spray. Le type au sol se tortille de plus belle, au risque de se déboîter quelque articulation. On l’emporte sur le brancard. Le public transporté ovationne l’enlèvement.

6’. Ralenti sur la faute : on découvre des images d’une violence tout à fait soutenable et sans le moindre rapport avec les effrayantes contorsions de lombric étêté auxquelles nous venons d’assister. Nous sommes saisis par l’idée que, malgré la débauche de caméras, l’on nous cache des choses essentielles.

7’. Retour au direct. Nous découvrons que le blessé, ô miracle de la médecine sportive, est déjà revenu sur le terrain et qu’une des équipes a marqué un but que l’on nous décrit comme digne des plus extraordinaires anthologies. Quelques joueurs se sont couchés les uns sur les autres et forment un tas de presque un mètre de haut. Le public hurle sa joie. On jurerait que le poste de télévision émet des phéromones.

8’. Enchainement de replays pour nous monter, sous différents angles et à différentes vitesses, ce but que le ralenti intempestif de la 7e minute nous a empêchés de voir en temps réel.

9’. Suite et fin des douze rediffusions du but.

10’. Retour au direct. La balle est maintenant en dehors du terrain. A priori, il ne se passe rien et quelques joueurs profitent du temps mort pour cracher dans l’herbe et/ou se gratter les couilles. Gros plan sur la tribune des pipole.

La photo à laquelle vous avez failli échapper :

Maillot_Equipe_de_France

The Fantastic Flying Books of Mr Lessmore

Une superbe célébration des livres, de la lecture, de l’écriture et de la vie.

The_Fantastic_Flying_Books_of_Mr._Morris_Lessmore

Note : J’avais déjà publié cette vidéo en janvier 2013 mais, pour une question d’atteinte aux droits d’auteur, elle n’était plus disponible. La revoici. Pour plus d’informations sur les livres volants de M. Lessmore, allez sur Wikipédia.