L’homme moderne, son ex-femme, l’ostréipathe et la Grande lacrymale

Entre le 1er janvier et le 5 septembre 2013, 252 427 enfants nigériens ont été traités pour malnutrition et pour diverses maladies liées à celle-ci. 2 524 de ces mômes sont morts. Je vous adjure cependant de ne surtout pas vous arrêter à ces chiffres bruts car il parait, même s’il n’y parait pas, qu’ils sont l’expression d’une bonne nouvelle.

Une bonne nouvelle pour le Niger, cela s’entend. Dans un tout autre contexte, à l’intérieur d’autres frontières, en France par exemple, la mort de 2 524 enfants pour des raisons purement alimentaires, quand bien même elle signalerait une amélioration par rapport à l’année précédente, serait une catastrophe d’une ampleur telle qu’elle se planterait dans le cœur de tous habitants en possédant un et ferait inévitablement vaciller les fondations du pays et de ses institutions. Sans compter qu’elle provoquerait, entre les jambes des patrons de presse, une terrible humidité.

Mais nous ne sommes pas le Niger. Et nous n’y sommes pas. Hormis pour en extraire des matières premières et y apporter le progrès. Il y a d’ailleurs des décennies, sinon des siècles, que nous nous consacrons à ce sacerdoce et que nous leur livrons, par bateaux, par avions et par discours entiers, du précieux développement contre du vulgaire caillou radioactif. C’est à ne rien y comprendre si des mômes nigériens continuent à crever de faim si longtemps après que nous ayons découvert ce pays et l’ayons sorti du néant dans lequel il végétait depuis le Big Bang. A croire que ces cons, sitôt qu’ils l’ont reçu, laissent l’essor que nous leur fournissons pourrir dans des entrepôts surchauffés.

Ces mecs sont tellement imperméables aux concepts de charité chrétienne et d’économie de marché que jamais personne n’arrivera à leur faire comprendre que, si nous creusons le sous-sol de leur pays à la recherche d’uranium, et dieu sait que c’est là une activité chronophage dont nous ne tirons que de maigres profits, c’est uniquement pour financer (en partie seulement car, au final, on y est de notre poche) leur entrée dans l’Histoire et leur donner la possibilité de devenir obèses s’ils le souhaitent. Mais non, ils restent là, bras ballants, immobiles sur le seuil, figés devant cette porte qu’en grooms d’une patience infinie nous maintenons ouverte depuis plus de décennies qu’on ne leur voit de côtes. Insolents de maigreur. Insensibles au fait que rien, pas même la présence d’uranium, ne nous oblige à entreprendre le périlleux voyage qui mène à leur chevet et à nous exposer à des maladies primitives qu’aucun Blanc ne saurait mériter.

Fort heureusement, notre presse fait majoritairement montre de pudeur qui ne mentionne ni notre abnégation ni leurs échecs et, sans l’indélicatesse d’un journal de médecine, je n’aurais jamais rien su de ces enfants morts de faim par obstination à mourir de faim, sinon par acharnement à rester Africains.

Les stocks de nourriture mondiaux au plus bas : la pénurie alimentaire menace-t-elle la planète ? (Atlantico)

Face à cette pénurie qui nous menace et pour laquelle nous ne sommes absolument pas préparés, j’en viens à me demander si les Nigériens, loin d’être des dinosaures perdus dans les couloirs du temps, n’auraient pas finalement une longueur d’avance sur nous.

La taille du pénis est importante pour séduire les femmes (Atlantico)

Elle pourrait même devenir encore plus importante qu’elle ne l’est déjà si la pénurie alimentaire qui menace devait se concrétiser.

Faites gaffe, mes frères : en période de famine, il est des mises en bouche qui pourraient faire de vous des plats de résistance.

La commémoration du centenaire de 14-18 sera mondiale (La Croix)

Voilà une commémoration d’un événement vieux d’un siècle qui, si elle y participe, pourrait permettre à l’Arabie Saoudite de faire un bond en avant de presque 500 ans.

L’homme moderne serait issu d’une seule et même lignée (La Croix)

D’aucuns ont dû être déshérités. Ou alors ils ont titubé pour arriver jusqu’à aujourd’hui.

Les chasseurs veulent « chasser les idées reçues » (Le Figaro)

Attention, messieurs, de ne pas trop accuser la réception car, en vous débarrassant des idées que des gens bien intentionnés vous ont envoyées, vous prenez le risque d’être confrontés à votre propre vacuité.

Lady Gaga quasiment nue pour la promotion de son single (Huffington Post)

C’est donc qu’elle a enfin commencé à s’habiller.

Christine Taubira comparée à un singe : une candidate FN suspendue (Huffington)

Une candidate FN qui réussit aussi brillamment son examen d’entrée chez les ordures n’est plus une candidate mais une diplômée.

Ceci dit, j’espère qu’on l’a suspendue à une branche de la croix gammée dont elle descend.

Taubira comparée à un singe : après la réponse de la ministre, le FN va porter plainte (Francetvinfo.fr)

C’est dans sa nature : tout comme l’escargot porte sa coquille, le FN porte plainte et il n’y a guère que l’utilisation qu’ils font de la bave qui les différencie : celle de l’un signale son passage tandis que celle de l’autre annonce sa venue.

[Devant tant de jérémiades, je crois que je vais débaptiser SuperMarine pour l’appeler la Grande lacrymale.]

Licenciés, ils sont prêts à faire sauter leur usine (Europe 1)

Très mauvais exemple. Des divorcés influençables pourraient envisager de faire subir le même sort à leur ex-femme. Et je ne doute pas une seconde qu’ils trouveraient preneurs. Et repreneurs.

Et on n’en sortirait plus.

Le chauffeur qui a percuté Coluche retrouvé (Europe 1)

« Un hebdomadaire du Var a rencontré le camionneur, témoin de l’accident de mortel de l’humoriste en 1986. »

Pour que le « chauffeur qui a percuté Coluche » ait pu également être « témoin de l’accident », il n’y a qu’une solution : il pilotait un camion télécommandé.

L’ostéopathe Pierre Pallardy condamné à dix ans de prison ferme pour viols (Le Monde)

L’ostéopathe était donc un ostréipathe.

Arf, arf.

L’Ukraine fait un pas vers la libération de Ioulia Timochenko (La Croix)

A mon avis, si les Ukrainiens la libèrent, c’est uniquement pour la filer et découvrir enfin la planque de son putain de coiffeur.

Ioulia Timochenko Avant_Après

Une réflexion sur “L’homme moderne, son ex-femme, l’ostréipathe et la Grande lacrymale

Z'avez un truc à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s