Le recordman, le chauffard, les rombières et les bousiers

Hollande bat tous les records d’impopularité (Le Parisien)

Yeah ! Enfin une victoire. D’autres, n’en doutons pas, suivront bientôt. Il suffisait juste d’attendre qu’il ait trouvé le bon créneau.

Aux détracteurs et autres nostalgiques du sarkozysme cocaïné, je n’aurais qu’une chose à dire – qui est une question : vous qui critiquez sans cesse, avez-vous déjà essayé de gouverner sous l’influence de bromure, vêtus de pantalons trop larges qui tirebouchonnent sur des chaussures trop grandes ?

Saint-Denis : le chauffard qui a tué deux femmes téléphonait au volant (Le Parisien)

A mon avis, s’il téléphonait, c’est parce qu’il a eu une prémonition et qu’il appelait les pompiers. Ou alors, mais cela serait une première dans le domaine de la précognition, il contactait déjà les pompes funèbres. Dans les deux cas, et bien qu’il semble ne pas avoir eu la préscience d’avertir les familles du terrible drame qui allait les frapper, il pourrait avoir un grand avenir au ministère de l’économie.

Et non, je ne me drogue pas. En tous cas jamais le matin en période de pénurie.

Les obsèques religieuses sont en baisse en France (Nouvel Obs)

Tout comme les mariages religieux, les baptêmes et autres communions. Bref, ce sont tous les secteurs de l’activité qui sont touchés de plein fouet (dont on se flagelle). N’empêche que l’Eglise ne fait pas mine de déposer le bilan, comme serait forcée de le faire toute autre entreprise n’ayant plus de chantiers ou de commandes. A mon avis, car je ne vois pas quoi d’autre pourrait maintenir en vie leur business ectoplasmique, les cathos ont une grasse caisse noire ou d’obèses comptes en Suisse. Ou alors leurs églises ne sont plus qu’une vitrine et, en loucedé, ils rackettent des vioques et/ou fourguent des stupéfiants à l’entrée des écoles confessionnelles. A moins que, profitant du vaste stock de rombières dont ils disposent encore, ils ne vendent, sous la soutane, du pucelage ayant dépassé la date limite de consommation.

Dans tous les cas, c’est louche.

Avignon : à 91 ans, morte après un vol de sac à main (Vaucluse Matin)

Soit le titre est mal écrit et la nonagénaire est plutôt morte après le vol de son sac à main, soit c’est l’illustration que le crime ne paye pas.

Le préfet du Rhône poursuivi pour « injure publique » par l’extrême droite (RTL)

Il a traité d’« imbéciles » des militants de L’œuvre Française et des Jeunesses Nationalistes qui, lors d’une de ces sempiternelles manifestations homophobes, ont tenté de pénétrer de force dans un local du PS.

Quand il aura été enfin blanchi de cette accusation sans fondement, il faudra absolument le poursuivre pour « emploi abusif d’un euphémisme ».

Mais on veillera également, dans un souci d’équité, à poursuivre les ordures fascisantes (les fameux « imbéciles ») pour obstruction à la justice : aller chialer devant les tribunaux pour un oui ou pour un non détourne les juges de tâches bien plus urgentes. Et, tant qu’on y est, on inculpera aussi pour enrichissement délictueux les avocats qui, profitant de la faiblesse de caractère de l’extrême-droite et de sa propension à se répandre en larmes, choisissent de la défendre.

Taubira insultée, le PS veut saisir la justice (Europe 1)

« Guenon » n’a rien à voir avec « imbéciles » : l’un, quand bien même il ne saurait être un nom d’oiseau pour des raisons de classification animale, est l’expression d’un insupportable racisme ; l’autre, le constat très à l’amiable d’une réalité autrement plus grave.

Ceci dit, avec cet énième geignement que le PS envisage maintenant de porter dans ses mains en coupe jusqu’au palais de justice sans en renverser une larme, des juges vont une fois de plus être sollicités et détournés de ce qui devrait être leur tâche première : faire fusiller les exilés fiscaux, les banquiers, les agents de notation, les politiciens ayant fait plus d’un mandat, TF1, les technocrates, les publicitaires, Justin Bieber, les sondeurs, les grands patrons de l’agroalimentaire, la collection Harlequin, les dirigeants de Monsanto, les urbanistes qui sévissent en banlieues, Lady Gaga, les hommes d’églises, de mosquées et de synagogues, les fabricants de décaféiné, Paul-Loup Sulitzer, les turfistes, Rihanna, les assureurs, les démarcheurs qui me téléphonent, l’inventeur du football professionnel, celui de l’accord des participes passés quand l’auxiliaire avoir est dans le coup, les fans de Formule 1, les propriétaires de 4×4 qui habitent à plus de 10 kilomètres d’une colline ou d’un chemin boueux, le coiffeur de Ioulia Timochenko, le cadavre de Michael Jackson et, bien que sans eux les exécutions ne fussent pas possibles, tous les industriels de l’armement.

Les otages français au Niger ont été libérés (Le Figaro)

+ 4 points dans les sondages pour Hollande. C’est donc pour rien qu’il avait battu des records. Tout est à refaire.

Rihanna pose nue avec des serpents (20 Minutes)

Pour la plupart des musiciens, le pire qui puisse arriver à leur carrière est de sortir un mauvais album. Pour Rihanna, ce serait plutôt d’entrer dans un vêtement.

Le public parisien est-il vraiment « abruti » ? (20 Minutes)

J’ai des lecteurs parisiens et ne répondrai donc pas à cette question – qui, de toute façon, ne s’adresse pas à moi.

Le FN, mon cauchemar pour 2017 (Roger Cukierman – Le Monde)

« Il est 20 heures ce 14 mai 2017. Le visage de Marine Le Pen se dessine lentement sur les écrans de télévision de millions de Français, au soir du second tour de l’élection présidentielle.»

Ainsi commence le cauchemar de Roger Cukierman, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF).

En sueur dans ses draps tirebouchonnés, gémissant, le visage crispé, il voit de la faillite, de la violence, des libertés qui rétrécissent, des minorités opprimées, des critiques bâillonnés, des « boucs émissaires » (entendez « Arabes ») que l’on expulse. « Le spectacle », nous dit-il, « est effrayant ».

On en frissonne d’horreur.

Puis, parce qu’on est curieux et que quelqu’un vous a mis la puce à l’oreille, on entre le nom de Cukierman dans Google Search et on remonte à la surface un article du journal israélien Haaretz daté du 23 avril 2002 (« Le Pen’s triumph : a message to Muslims to keep quiets ») dans lequel le même Cukierman parle d’« intérêt commun » entre la communauté juive et Jean-Marie Le Pen car, bien que ce dernier soit « le roi de l’antisémitisme », son succès électoral est « un message aux musulmans leur indiquant de se tenir tranquilles ». Et on en vient à se demander si, finalement, ce Cukierman qui nous raconte aujourd’hui ses cauchemars ne serait pas tout disposé à se mettre en ménage avec le diable si celui-ci lui promettait de ne jamais enculer que ces « boucs émissaires » qui les rendent chèvre l’un et l’autre.

Mais, rendons-lui justice, il n’est certainement pas le seul qui serait prêt à pactiser. D’autres que lui, si cela devient nécessaire pour servir leurs intérêts, nous jureront demain que SuperMarine (alias la Grande lacrymale) n’est pas son maléfique père et que l’extrême-droite, miraculeusement dédiabolisée, est et a toujours été républicaine et fréquentable. Ils sont peut-être même déjà dans les starting-blocks. Les gens qui côtoient le pouvoir ou qui en veulent quelque parcelle, voyez-vous, trouvent aussi facilement leur chemin qu’un bousier trouve de la merde.

« 343 salauds » signent une tribune pour « la liberté d’aller aux putes » (Le Figaro)

Voilà un débat auquel je n’entrevois ni n’ai jamais entrevu aucune solution. Je crois que, pour le restant de ma vie, j’aurai toujours le cul coincé entre un fauteuil et un tabouret : dans un monde idéal, la prostitution ne devrait pas être ; dans le monde tel qu’il est, les prostituées, que je souhaiterais toutes parfaitement indépendantes, ont autant que moi le droit d’exister.

[Ayant officié comme « écrivain public » pour des dizaines d’entre elles dans la ruelle de Thaïlande où je vivais autrefois, je n’ai que tendresse pour ces filles – amies pour beaucoup – qui me demandaient de mettre en mots pas trop bancals leurs rêves sonores et leurs peines sourdes. Ou, parfois, leurs mensonges. Qu’il soit dit ici que j’ai adoré être ce complice qu’elles payaient en sourires. Ou en bières.]

Frigide Barjot expulsée de son logement (Le Figaro)

« Le tribunal d’instance du XVe arrondissement a décidé aujourd’hui de l’expulsion de Frigide Barjot et son mari de l’appartement qu’ils occupent à Paris, et ce dans un délai de 4 mois. »

Moi, j’aurais préféré qu’elle le garde. Je l’aime mieux dans ses pénates que dans l’espace public.

Et puis, soit dit en passant, il existe une loi, socialiste qui plus est, qui interdit les expulsions du 1er novembre au 15 mars.

Le premier divorce gay bientôt prononcé en France (L’internaute.com)

Que l’on ait légalisé les mariages homosexuels ne me pose aucun problème mais je n’aurais jamais cru que l’on irait jusqu’à autoriser les divorces.

Bon, je vais vous laisser là car j’ai du bidouillage sur le gaz : j’ai finalement réussi à arracher mon nom de domaine historique (sergeantpepper.net) des griffes d’Overblog et je dois maintenant le configurer afin qu’il mène ici-même, conjointement avec l’adresse existante (sergeantpeppertimes.net).

Que ceux qui ont suivi une affaire dont j’ai plusieurs fois parlé sur Overblog sachent qu’Hamza Kashgari a enfin été libéré de sa prison saoudienne. Il aura passé plus ou moins deux ans derrière les barreaux.

Oh, une dernière anecdote : entrez « pantalons tirebouchonnés » dans Goggle Images et, va savoir pourquoi, le tout premier résultat qui s’affiche est un portrait d’Ho Chi Minh.

No Woman, No Drive

Mot-valise, visages de voyageurs immobilisés

On ne les appelle plus guère que SDF. On a entassé leurs existences brisées, méprisées, burinées, mouillés, délavées, battues par les vents dans un mot-valise qui ferme bien et s’écrit aisément.

On les a réduits à trois lettres qui sont censées dire tout et sans passion de leur multiplicité, de leurs chemins, de leurs rêves, de leurs douleurs, de leurs accidents, de leurs éclats de rire, des combats qui dilatent leurs minutes, étirent leurs heures et, bien souvent, écourtent leurs vies. On les a ramenés à un acronyme qui détermine leur emplacement et définit leur rôle. Leur désignation est leur strapontin et leur saynète.

Oh, on en a concassé bien d’autres avant eux : OS, DRH, PDG, CAE, VRP. Vous, moi. Ils ne sont ni les premiers ni les derniers dont on tait, dont on dissimule les luttes minuscules et les combats épiques, les impasses et les horizons, derrière des sigles insignifiants que, crétins que nous sommes, nous adoptons sans plus tarder. Non, ils ne sont pas les premiers que l’on personnifie en les désincarnant, que l’on explique en les abrégeant. Le système est une structure et une méthode dont l’équilibre et le fonctionnement ne pourraient être sans chosification ni, surtout, circonscription.  Moins on en dit, plus on en saurait.

Je, vous, nous, ils les intitulons SDF et, parce qu’ils ont le pouvoir par leur simple présence de brûler nos regards, de déchirer nos voiles, de faire éclater nos bulles et de souiller nos espaces, nous les souhaiterions invisibles.

Ils sont un échec et une laideur que nous voulons inconnus, étrangers, mais qui soudain, au détour d’une rue, sont parfois là à nous chuchoter des mots grossiers qui sont puanteur, meurtrissures et saleté.

Nous nous en écartons. Nous nous faisons fugaces, inaperçus. Nous nous pressons pour échapper aux tentacules vénéneux qu’ils pourraient avoir. Plus loin, quand nous sommes sains et saufs et à nouveau supérieurs, quand ils ne sont plus un péril, quand ils ont perdu le pouvoir qu’ils ont momentanément eu sur nous, ils redeviennent, avant que nous les oubliions, des vaincus, des créatures frêles et terrassées, des objets de pitié. Des ombres évidées qui transforment nos vies également absurdes en sphères ensoleillées. Des taches grâce auxquelles, parce que nous avons un toit et un canapé, nous pouvons nous croire immaculés.

Pourtant ils sont souvent beaux, de cette beauté que seules ont les âmes que la vie a plus qu’effleurées. Ils portent les plis et les rides inaltérables des aventuriers, des navigateurs, des pirates, des grands-parents ou des guerriers.

Lee_Jeffries_1Lee_Jeffries_2Lee_jeffries_3Lee_jeffries_5Lee_jeffries_6Lee_jeffries_7Lee_jeffries_4

Tous ces portraits sont de Lee Jeffries.

 

La marche arrière, c’est halal

Des religieux saoudiens manifestent contre les femmes au volant (France 24)

Mesdames, profitez qu’ils soient dans la rue et non à la mosquée pour les écraser.

Mais, pour qu’aucun de ces crétins venus du fond des âges et pressés d’y retourner ne puisse après coup vous reprocher d’être d’un diabolique modernisme, veillez à les écraser en marche arrière, qui est le seul sens vraiment halal.

Interdiction de conduire : Les Saoudiennes ne voient pas le bout du tunnel (20 Minutes)

Tiens, lors du constat, Mesdames, en plus de faire valoir le caractère halal de la marche arrière, vous pourrez également dire que, aveuglées par les tenues que l’on vous force à porter, vous n’avez rien pu voir.

Ajoutez aussi que, quand bien même vous auriez aperçu le méchant religieux sur la chaussée, la bienséance vous interdit formellement de regarder les mâles.

Saoudienne_volant

Marine Le Pen propose une « triple offensive » pour redresser l’économie (Libération)

Cette « triple offensive » pour redresser l’économie et réduire le chômage est très exactement le même remède qu’elle propose déjà pour régler tous les autres problèmes, qu’ils soient réels ou d’origine psychosomatique : fermer les frontières. La seule différence tient dans le fait que, en ce qui concerne les questions économiques et financières, elle en prescrit une triple dose (ou un triple tour).

Cette femme est à la politique ce que la Jouvence de l’Abbé Soury est aux douleurs en tous genres.

Sondage : les Français n’aiment pas Copé (Europe 1)

Ils le jugent « trop perso », « arrogant », « arriviste », « démagogique », « autoritaire », « antipathique » et « sectaire ». Bref, ils lui reprochent d’être à leur image.

7 Français sur 10 favorables à une remise en cause du droit du sol (Le Monde)

Ce doit être plus ou moins la proportion de ceux qui ne seraient pas français si un quelconque de leurs ancêtres n’avait pas profité du droit du sol.

Ne reviens pas, Grand-père, tes petits-enfants te foutraient dans un charter au prétexte que tu les encombres.

Note : Copé, celui-là même par qui le « débat » est arrivé, est un très bon exemple de ces Français qui ne le sont que grâce au droit du sol : que ce soit du côté paternel ou maternel, tous ses grands-parents sont issus de l’étranger (Roumanie, Algérie, Maroc). C’est en vain que l’on en chercherait un qui soit né dans l’espace compris entre la Belgique et la Méditerranée. Comme quoi, il n’y a jamais pire que les nouveaux convertis.

Attaque de requin : une manifestation prévue devant l’hôpital de Saint-Pierre (Zinfos)

Le requin à l’origine de l’attaque a-t-il été hospitalisé ou sont-ce nos manifestants qui n’osent pas entrer dans l’eau pour être entendus de ceux qu’ils dénoncent ?

Marine Le Pen prise à partie par des Femen en Bretagne (Le Point)

Contreproductif.

« Est-ce qu’on doit imposer [la nationalité française] à une personne qui n’est pas issue de Français ? » (Christine Boutin – Grand Journal, Canal+)

Doit-on même l’imposer à des personnes issues de Français comme on impose le baptême à de petits êtres qui, peu de temps auparavant, n’étaient encore que de microscopiques figurants à flagelle dans une torride partie de baise ?

« J’étais en Iran, hier […] quand vous voyez la différence de niveau de culture entre ces pays-là et les nôtres, les pays occidentaux… » (Christine Boutin – Grand Journal, Canal+)

Ce propos était accompagné d’un geste signalant que la culture de l’Iran était bien inférieure à celle, par exemple, des « Américains ».

Christine Boutin, dont le mariage quasi incestueux au sein de l’église catholique pourrait être considéré par certains comme une pratique culturelle parfaitement dégénérée, n’est ni plus ni moins qu’une méchante petite Madame Bidochon entrée en politique. Insulter, au travers de leur riche culture millénaire, les gens qui, hier encore, vous recevaient chez eux est abject et il faudrait veiller, tout comme l’on interdit à des camemberts de prendre la route de l’Australie dans un véhicule non-climatisé, à ce que cette ignare ne puisse plus jamais voyager à l’étranger. A moins, bien sûr, qu’elle ne veuille se rendre à Hollywood, Las Vegas ou Columbine. Auquel cas, je suis pour que nous lui offrions un radeau et le scorbut qui va avec.

Cinq ans de prison pour avoir secoué à mort un bébé (20 Minutes)

Si la très catholique Boutin était au pouvoir, je ne doute pas une seconde que la masturbation masculine, qui est n’est guère qu’un moyen sordide de tuer les spermatozoïdes en les secouant, vaudrait également un long séjour en prison, que la charge retenue soit l’assassinat ou l’euthanasie.

Les Françaises sont les plus minces d’Europe mais aussi celles qui veulent le plus maigrir (20 Minutes)

Il faut bien sûr comprendre de ce titre un tantinet trop elliptique que les Françaises sont les femmes les plus minces d’Europe. Et ce malgré l’influence très néfaste de Christine Boutin sur le tour de taille moyen.

Cannabis : comment démonter l’argumentaire de ceux qui veulent en légaliser la consommation (Atlantico)

Je ne suis pas certain que l’auteur de cet article, président de l’association Parents contre la drogue, ait réussi à démonter l’argumentaire de ceux qui veulent légaliser le cannabis mais, par contre, il ne fait aucun doute qu’il a parfaitement réussi à démonter les commentaires des lecteurs en désaccord avec lui puisqu’il les a tous effacés sous le couvert de la nuit dernière.

A noter aussi qu’il s’est bien gardé d’inclure dans sa liste d’arguments à démonter celui qui pourrait lui poser le plus de problèmes : la répression est partout un échec patenté et il faut essayer autre chose. Mais on comprend très vite pourquoi il a fait l’impasse sur celui-ci quand on voit la pauvreté de son raisonnement et de ses conseils. Exemple :

« 7.Lorsqu’ils vous diront que la légalisation du cannabis créerait des emplois, dites-leur : il faut vraiment avoir l’esprit tordu pour penser que l’on peut créer des emplois en vendant un poison. »

Mon cher Serge (il s’appelle Serge), le monde regorge d’exemples, on peut créer des emplois et engranger des millions, sinon des milliards, en vendant du poison bien plus néfaste que celui que tu voues aux gémonies. Les industries de l’alcool, du tabac, des médicaments, des pesticides et de la malbouffe, pour n’en citer que quelques-unes, le prouvent tous les ans de manière magistrale lors de leurs assemblées générales des actionnaires. Et elles le prouvent même si bien que leurs patrons fréquentent les mêmes restaurants et les mêmes urinoirs que les gens qui nous gouvernent. On va même jusqu’à leur filer des légions d’honneur.

On peut également, vois comme le monde réel t’échappe, s’enrichir comme il n’est pas permis en vendant des outils que l’on appelle armes et qui n’ont d’autre fonction que de faire passer des humains de vie à trépas. A noter du reste que, dans notre beau pays, mais il n’est sûrement pas une exception, tous ces industriels-là ont, sans exception, une médaille quelconque, qu’elle sanctionne leur « honneur » ou leur « mérite ».

En fait, c’est là le miracle du capitalisme triomphant, on peut absolument vendre de tout tant il existe de gens pour acheter n’importe quoi. Des nouilles aux voyages dans l’espace en passant par la lessive miracle, le désodorisant qui diffuse du bonheur, les bagnoles qui rendent beau et les crèmes qui vous renvoient à l’été de vos vingt ans, il existe un marché pour tout. Pareillement, l’entrejambe de nos femmes et de nos enfants trouve parfois preneurs.

Bref, au final, je ne te rejoins que sur un seul point, mon Cher Serge : nous avons l’esprit tordu. Mais même ça, bien mis en valeur sur un CV, ça se vend.

Tensions urbaines aux Minguettes: 15 voitures brûlées (20 Minutes)

Il est curieux que les banlieusards ne se soient pas encore aperçus que les bagnoles qu’ils brûlent en bas de leurs immeubles sont les leurs. Le fait de devoir aller à pied ou en bus dès le lendemain devrait pourtant leur mettre la puce à l’oreille.

Ces gens doivent être d’une densité tout à fait remarquable pour ne pas comprendre les indices qu’ils sèment eux-mêmes.

Taubira traitée de « guenon » par une enfant à Angers (Le Parisien)

Pas par n’importe quelle enfant mais par la fillette (10 ans) de membres de la très chrétienne Manif pour tous. On peut donc dire du dérapage de la môme qu’il s’inscrit dans la droite ligne des parents.

Avant de quitter ce blog, n’oubliez pas de donner l’avis que l’on exige de vous. Merci.

Aynur Dogan, Voix d’Istanbul

Aynur Dogan est une chanteuse turque d’origine kurde aussi belle que talentueuse  que nous avons déjà rencontrée dans la toute première partie des Dialogues de civilisations.

La revoici, enregistrée dans un hammam d’Istanbul dont l’acoustique se prête parfaitement à l’exercice (cette vidéo est tirée du documentaire Crossing the Bridge – The Sound of Istanbul de Fatih Akin)

Moslem Rahal

Moslem Rahal, le flûtiste, est syrien. En tous cas, les quelques infos que j’ai trouvées ici et là sur la Toile me portent à le croire : il a fait ses études de musique à Damas et il est (ou fut) membre de l’Orchestre symphonique national de Syrie.

Je n’ai malheureusement pas trouvé la moindre information sur les autres musiciens.

Pour l’anecdote, sachez que la vidéo ci-dessous, qui semble avoir été mise en ligne par Moslem Rahal lui-même, ne compte que 427 vues au jour d’aujourd’hui. Mais, rassurez-vous, comme vous allez très vite le découvrir, cette pauvre statistique n’en dit long que sur les goûts et l’ouverture d’esprit de la majorité des Youtubeurs.

Cela n’a aucun rapport avec ce qui nous occupe dans cet article mais je vous serais extrêmement reconnaissant, si ce n’est déjà fait, de bien vouloir donner votre avis dans ce sondage à question unique. Merci.