Alim Qasimov / Kronos Quartet

En janvier 2011, j’avais déjà publié une vidéo de cette remarquable performance mais, depuis, Youtube l’a supprimée pour des raisons liées aux droits d’auteur. La revoici, remise en ligne par Kronos, le quartet qui accompagne ici Alim Qasimov et son ensemble (dont sa fille n’est pas le moins remarquable des membres).

Je ne sais pas où vous en êtes dans vos relations avec Kronos Quartet et Alim Qasimov mais, si celles-ci devaient encore en être au point mort, je ne peux que vous suggérer de jeter un coup d’œil à leurs pages Wikipédia afin d’y découvrir tout ce que vous avez manqué et pourquoi je tiens tous ces gens en haute estime. Ce sont les liens vers les pages en anglais que je vous propose car celles-ci, comme on peut s’y attendre, sont bien plus complètes que celles en français. Libre à vous toutefois de changer la langue une fois dans Wikipédia.

Alim Qasimov

Kronos Quartet

Vous trouverez ICI une tentative de traduction des paroles de cette chanson.

Bon voyage.

Dialogues de civilisations (2ème partie)

Carrefour franco-libanais

Je pourrais dire des tas de choses sur cette musique, autre dialogue des civilisations, mais je peux aussi, parfois, me taire. Et ainsi mieux finir ma bouteille de rosé.

Dédié à Catherine, qui aime les « pépites », au Capitaine Haddock, dont la vie et les élans à mon grand regret désormais m’échappent, à Russell, qui continue à s’agiter joyeusement entre virulence et poésie, à Biscotte, que je crois égarée dans un océan de malédictions, à Soulhi, qui devra un jour ou l’autre honorer son invitation marocaine, et à tous ceux qui aiment la musique faite d’instants plutôt que de plans de carrière.

Dialogues de civilisations (1ère partie)

Oui, des dialogues de civilisations, des horizons qui s’entrelacent, s’entremêlent, s’unissent et enfantent un univers qui est la somme de leurs immensités. Rien de moins.

Et bien plus.

The Blasphemer shall be stoned!

Je ne crois pas qu’il soit nécessaire de comprendre l’anglais pour entendre The Blackwater Gospel.

JJ Cale (05/12/1938 – 26/07/2013)

Un des rares.