Le caillou

Le but de l’exercice qui va suivre – pour autant qu’il s’agisse vraiment d’un exercice et que ledit exercice ne soit pas une perte de temps et que la perte de temps, si perte de temps il y a, vaille le temps que je lui consacre – va consister à écrire un texte, sans queue ni tête, sans nœud ni quête, à partir d’un mot choisi au hasard.

Caillou, par exemple.

Voilà, la première pierre est posée. Et sur cette pierre, je dois construire mon ambition.

Sur la table de ma cuisine, se trouvaient une bouteille de bourgogne 2007 à moitié vide et le verre plein qui va avec, une corbeille à pains et, pour une raison indéterminée, un caillou. Gris, d’un poids avoisinant une trentaine de grammes, pas particulièrement laid, ni spécialement beau. Un caillou français, un de ces cailloux que l’on trouve chez moi en abondance, aux bords des routes et sur les tables de cuisine, un de ces cailloux que l’on trouve sûrement aussi chez vous et que, peut-être, l’on trouve même aussi dans les pays étrangers les plus chanceux. Va t-en savoir combien de continents les congénères de cet anonyme caillou là ont pu coloniser, illégalement ou pas.

A ce stade du récit, il me semble important de vous signaler qu’entre le choix du mot et le début de la rédaction de ce texte essentiel, la bouteille de bourgogne 2007 a disparu pour être subitement, sinon magiquement, remplacée par un Hautes Côtes de Nuit 2008 surgi de nulle part. Pas que ça change quoi que ce soit à la teneur de l’histoire mais, par honnêteté, et d’honnêteté je suis friand, je me devais de vous tenir tous informés.

J’aurais pu, bien évidemment, photographier le caillou dans son décor. J’aurais pu, bien sûr, grimper à l’étage, attraper l’appareil numérique, redescendre au rez-de-chaussée, faire un brin de mise au point et saisir l’instant, position macro, de ce caillou à la gauche d’une bouteille de bourgogne 2007 à moitié vide mais c’eut été risquer une chute. C’eut été prendre le risque de ne pouvoir finir le bourgogne à la droite du caillou. Alors que plus personne n’est plus couvert par la garantie. Le caillou encore moins qu’un autre. Quel auteur bénéficiant d’un lectorat aussi confiant que vous, mes amis, prendrait le risque d’une manœuvre aussi aventureuse, je vous le demande. Et je réponds sans attendre que, d’une voix pâteuse, vous ne répondiez à cette question ô combien inutile : personne. En tous cas, personne de sain, de corps et d’esprit. Et sain de corps et d’esprit, nous le sommes tous, autrement nous ne lirions pas ce blog. Moi encore moins que vous. N’oubliez pas, n’oubliez jamais que je suis aux premières loges, en première ligne.

Donc, pour en revenir une bonne fois pour toutes à nos moutons et reprendre le fil de l’histoire, il y avait un caillou sur la table – ma table – de ma cuisine. Que je loue. Car je ne suis pas encore assez riche pour accéder à la propriété. Même d’une seule cuisine. Sans parler des dépendances et de l’abri de jardin. De toute façon, je ne suis ni assez doué ni assez dingue pour construire un abri de jardin, signe extérieur de richesse s’il en est. Et puis quand on construit un abri de jardin, faut avoir des outils tranchants et contondants à mettre dedans. Moi, je n’ai qu’un marteau légèrement émoussé qui n’a jamais fait de mal à un clou. Même rouillé.

Mais je m’égare.

Je n’égare tout autant que la bouteille de Hautes Côtes de Nuit 2008 qui, elle-même, semble maintenant avoir complètement disparu du paysage. Tout comme, en son temps, quelques paragraphes plus haut, sa congénère de 2007 avait également disparu pour des raisons encore indéterminées à ce jour.

Ecoutez, après mûres réflexions, le mieux à faire à cette heure, me semble-t-il, est de retrouver les deux bouteilles. Une fois la mission accomplie, je reviendrai vous raconter l’histoire du caillou. Promis, juré. Autrement, je sens que, minés par le souci, nous n’allons jamais nous en sortir.

Z'avez un truc à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.